Le journal

des  souvenirs

S

ur ce site j’intègre la plupart des sujets que je couvre actuellement pour l’agence Sipa Press depuis le début de l’année 2017. Mes photos et reportages des années 90 sont pour la plupart le fruit d’un travail au sein d’une agence qui n’existe plus depuis 2003, l’agence de presse Imapress. Les scans des ektas ont été réalisés d’après des originaux, cependant quelques images peuvent provenir de duplicatas de diapositives destinés à la distribution des magazines. Récupérer des originaux lors de la faillite ou la vente d’une agence de presse était un vrai combat pour les photographes.

François Mitterrand à Orléans 1995

P

arutions, l’aboutissement du travail du photographe de presse. À l’agence Imapress, Un débriefing
de fin de semaine confrontait rédaction, vendeurs et photographes, engueulades pour certains, belles publications ou déceptions pour d’autres. Àprès la fermeture de l’agence, des discutions épiques se poursuivaient au bar d’en face pour se terminer au restaurant, au frais de l’agence quand les vendeurs avaient
fait de bons coups.
J’ai intégré l’agence Imapress en juin 1987, sur les conseils de Noël Quidu rencontré quelques mois plut tôt
en Côte-d’Ivoire dans la ville de Bouaké. J’avais à cette époque l’ambition, de devenir photographe de presse,
une conversation avec ce grand reporter reste dans ma mémoire, à trois reprises il me demanda si j’avais
vraiment envie de faire ce métier, argumentant que c’était une profession difficile qui exigeait de travailler à deux cent pour cent, oui, oui, oui c’était vraiment ce que je voulais faire, « Alors va de ma part à l’agence Imapress,
demande à voir Andrew Mack ou Pierre Ménochet, reste six mois pour apprendre le métier et change d’agence pour gagner ta vie » je n’ai suivis son conseil qu’a moitié, car je suis resté chez Imapress jusqu’en 2003.
Mes cadrages étaient toujours trop serrés, « Cadrez large Gély, qui peut le plus peut le moins, les journaux pourront toujours recadrer la photo » me répétait Jean Desaunois, directeur de l’agence Imapress.
Et quand je ramenais à l’agence une série de portraits très serrés, l’oeil rivé à son compte fils, sur la grande table lumineuse, le jugement était sans appel :
« le jour où vous aurez les talents de M. Karsh, vous pourrez vous permettre de couper les têtes ».

Couverture de Newsweek Jacques Chirac 1995

Nous étions trois ou quatre photographes à avoir sur nous en permanence la carte Américan Express de l’agence, nous pouvions partir du jour au lendemain sur un reportage, mais jamais sans la garantie d’un grand magazine.
Un regret toutefois, c’était en 1986, je faisais la tournée des agences de presse à la recherche de films pour partir en Afrique. Je suis reçu chez Sipa Press par M. Göksin Sipahioglu fondateur de l’agence. Après lui avoir exposé mon projet, M. Sipahioglu fait entrer une personne dans son bureau et lance avec panache : « Donner à Monsieur ce qu’il demande ». Je suis resté scotché et ressorti de chez Sipa Press avec une centaine de films couleur et noir et blanc. De retour d’Afrique, je vais voir Noël Quidu chez Interpress avec mes photos, « Tes cadrages sont bons, les images sont bien exposées, mais tu as un problème de piqué, change tes culs de bouteille pour des objectifs de qualités ça ira mieux. » Du coup je n’ai pas présenter mes photos chez Sipa, J’aurais dû, mais par peur du ridicule, manque de confiance, je ne l’ai pas fait. Je mets en cause les optiques de série E, montées sur mon boitier Nikon F3 press.
Mais ce ne sont que des excuses.

Le pape Jean-Paul II à l’occasion des JMJ, Palais de l’Élysée 1997.

M’

a galerie de portraits est une petite compilation de portraits et morceaux d’histoires photographiés lors des différents reportages que je réalisais principalement pour l’agence Imapress.
Des dossiers de certaines personnalités du monde politique, cinéma ou religieux qui m’ont marqué, viendront compléter le site. Rencontres éphémères que l’on n’oublie pas au travers de l’objectif. Des regards, perçants, pénétrant l’âme comme celui de Jean-Paul II, puis Yasser Arafat le doigt levé, qualifiant de « caduque » la charte nationale palestinienne.
La discussion avec Henri Verneuil sur la photographie, la gentillesse de Jean Marais. François Mitterrand à Orléans admirant la Loire sur le pont Royal lors des Fêtes Johannique se retourne vers moi un peu excédé par mes appels incessants, et me lance calmement « Oui, c’est pour quoi ? ». Surpris, je baisse mon appareil pour bafouiller que cétait pour la photo, et je ne fais pas la photo.
Des gens qui, avec le recul, me donnent le regret de ne pas les avoir suivi d’avantage, simplement parce qu’ils n’étaient pas sous les feux de l’actualité, ou trop !

D

urant l’année 2015, après une expérience de neuf ans à la Photofactory comme tireur labo noir et blanc puis de retoucheur photos (passage au numérique oblige), j’entreprends une formation en infographie à l’école Marcorel. Je présente sur cette page quelques travaux print, brochures, livres, couvertures de livres, maquettes presse, affiches, chartes graphique, montages photos et illustrations réalisée sur Photoshop, Illustrator et InDesing, dans le cadre de ma formation d’infographiste. Au terme de cette formation, j’obtiens avec mention assez bien la certification professionnelle de niveau III pour la Formation d’infographiste chaîne graphiste, répertoriée au RNCP.

À suivre, Souvenirs d’Afrique…